Histoires de baleines

Posté dans : Voyages imaginaires 0

Histoires de baleines et de chasse au monstre

 Des histoires de baleines, il y en a plein. Ce géant des mers a, longtemps, été et est toujours maltraité. En effet, on le voyait, en Europe, comme un monstre sanguinaire et cruel. Rien d’étonnant, alors, à ce qu’on l’ait à ce point chassé. D’ailleurs, les baleines ont bien failli disparaître à cause de ces chasses, qui se sont faites de plus en plus intensives, surtout au XIXème siècle. On utilisait surtout leur graisse comme huile de cuisine, imperméabilisant pour le bois, combustible pour allumer les lanternes, produit de tannage du cuir…

Leurs os gigantesques permettaient de fabriquer des outils et on disposait ainsi d’une quantité de viande peu goûteuse, mais bon marché.

Enfin, c’est au cours du XXème siècle que leur image a changé. En effet, étant proche de l’extinction, des associations se sont levées pour leur protection et des scientifiques les ont réellement étudier. Il s’est avéré, alors, que ce géant n’était pas le monstre qu’on en avait fait.

géant des mers

Moi et la baleine

D’habitude, je pars d’une histoire ou d’un mythe qui me parle pour créer. Néanmoins, concernant mes créations autour de la baleine, les choses se sont inversées. Je ne dirai même pas que c’est mon animal préféré ou que j’avais une attirance particulière pour.

J’ai commencé à réaliser des suspensions de baleine en laine feutrée l’été dernier, sur une idée comme ça. Elles ont facilement trouvé preneurs et je commençais une nouvelle histoire de baleines.

Un peu plus tard, en plongeant dans mes créations de mes débuts, je me suis aperçue qu’effectivement, la baleine était déjà présente.

C’était mon premier tableau feutré. J’avais eu un peu de laine d’une éleveuse, à qui j’avais acheté de la viande. Je l’ai donc feutrée et ai piqueté, dessus, un dessin de baleine avec un village imaginaire dessus.

Quand j’ai mieux maîtrisé le feutre, j’ai fait un essai d’une grosse baleine en volume. J’avais fait des essais de teinture aussi. Aujourd’hui, je la garde en souvenir.

En effet, j’ai dû m’avouer, à un moment donné, que la baleine me suivait. J’ai, alors, chercher dans mes souvenirs des histoires de baleines qui m’avaient touchées.

Le premier tableau feutré que j’ai réalisé, qui trône maintenant dans ma salle de bain.

Essai d’une grosse baleine.

Contes de baleines

Jonas

Je me suis alors souvenue que, petite, j’avais eu un livre pour enfants avec l’histoire de Jonas et la baleine. J’ignore pourquoi j’aimais tant cette histoire. En tout cas, c’est une histoire de la Bible, où Jonas ne veut pas aller où Dieu lui demande. Il tente alors de fuir à bord d’un bateau. Cependant, une tempête sévit et il est avalé par une baleine. Il reste dans son ventre, 3 jours et 3 nuits, jusqu’à accepter d’aller où Dieu le lui demandait. Alors, la baleine le rejeta de son ventre.

Ici, la baleine est symbole de passage d’une vie à une autre.

Paikea, la cavalière de baleine

Et puis, lors de mon voyage en Nouvelle-Zélande, en 2017, j’ai découvert une autre histoire de baleines, en découvrant le film «the whale rider » de Niki Caro, paru en France sous le nom « Paï, l’élue d’un peuple nouveau ». Ce film est, d’ailleurs, issu du livre « la baleine tatouée » de l’écrivain maori Witi Ihimaera.

C’est l’histoire mythique d’un lien entre un peuple et une baleine mâle. Au moment où une tribu maorie arriva en Nouvelle-Zélande, leur chef noua une amitié avec une baleine qui les guida sur les bonnes terres. Ce lien entre l’homme et la baleine est censé se transmettre de père en fils et décide du chef de la tribu. Or, dans les années 2000, la descendante est une fille, nommée Paikea.

A une époque où les traditions se perdent, son grand-père décide de former des jeunes garçons, espérant que l’un d’eux soit l’élu, ami de la baleine. Il refuse donc sa petite fille. C’est, pourtant, elle que la baleine choisit comme amie.

Film Pai, l’élue d’un peuple nouveau de Niki Caro. Lien vers la bande annonce via télérama.

Un guide pour les peuples

Malgré le monstre qu’en ont fait les Européens des temps d’avant, les baleines ont toujours accompagné l’humanité. Heureusement, de nombreux autres peuples avaient vu sa grâce, son intelligence et le guide qu’elle pouvait être. Leurs histoires de baleines parlent d’elle comme un géant protecteur. En effet, pour les inuits, les maoris et des peuples d’Asie du sud-est, elle amenait les pêcheurs vers des bancs de poissons abondants et guidaient les navigateurs lors de leurs migrations.

 

Si vous aimez mon univers, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *